Riposte Internationale

Tizi Ouzou : peine confirmée pour l’écrivain Ali Belhot et ses éditeurs

Ali Belhot

La Cour de Tizi Ouzou a confirmé, ce mardi, le verdict du tribunal de première instance à l’encontre de l’artiste et écrivain d’expression Amazigh Ali Belhot et ses éditeurs pour « d’apologie et diffusion de discours de la haine ».

Le tribunal de Draa El Mizane avait prononcé, en décembre 2023, une peine de trois ans de prison ferme et une amende de 100 000 dinars contre ALi Belhot, d’une année de prison ferme et une amende de 50 000 dinars contre ses deux éditeurs.

Cette affaire a été déclenchée après la participation de l’écrivain Ali Belhot au salon du livre de Boudjima, à Tizi Ouzou, avec son roman en langue Tamzight intitulé « Ajeǧǧig n ugudu ». Le premier tome de ce roman, paru en 2020, est préfacé par Ferhat Mhenni, chef du mouvement MAK. Tandis, que le second est paru en février 2023.

Le juge d’instruction a retenu contre lui des chefs d’inculpations en lien avec l’apologie du discours de la haine et de la discrimination ainsi que l’exposition aux regard du public des publications portant atteinte à l’intérêt national. Les deux éditeurs, qui ont publié les tomes de son roman, ont été poursuivis pour violation des dispositions relatives à l’édition, à l’impression et à la commercialisation du livre.