Riposte Internationale

Répression : plusieurs militants jugés

Plusieurs militants croupissent toujours en prison.

La chasse aux militants se poursuit. Pour ce début de semaine, ils étaient plusieurs à comparaitre devant les juges pour des affaires liées principalement à leurs activités politiques.

A Bgayet, le parquet près de la cour de la ville a requis l’aggravation de la peine à l’encontre de Mustapha Akkouche, Ferhat Ait Djoudi et Lyes Ath Yelha. L’affaire est mise en délibéré pour le 10 décembre 2023. Mustapha Akkouche, ex-détenu, Ferhat Ait Djoudi et Lyes Ath Yelha, ont été condamnés le 22 mai 2023 par le tribunal de Bgayet à une année de prison ferme et à une amende de 50.000 dinars. Ils sont poursuivis pour attroupement non-armé.

La même juridiction a condamné l’avocat Sofiane Ouali, membre du collectif de défense des détenus d’opinion, à verser 100 000 dinars d’amende. Lors de son procès le parquet près du tribunal de Bgayet avait requis un an de prison ferme à l’encontre de l’avocat.

A El Bayadh, le tribunal criminel de première instance a condamné l’ex-détenu d’opinion, Ayoub Chahtou, à 3 ans de prison ferme avec mandat de dépôt à l’audience et à 100 000 dinars d’amende. Pour rappel, Ayoub Chahtou, avait comparu le 15 novembre dernier devant le tribunal criminel de première instance d’El Bayadh.

A Adrar, la chambre criminelle de deuxième instance a décidé, enfin, la réduction de peine au profit du détenu d’opinion, l’enseignant El Hacene Aksassi, qui a été condamné à 18 mois de prison ferme et à 100 000 dinars d’amende. El Hacene Aksassi a été condamné par le tribunal criminel de Regane, wilaya d’Adrar, à 03 ans de prison ferme. Il est en détention depuis décembre 2022.

A Constantine, le pôle pénal spécialisé statuera demain sur la demande de mise de liberté provisoire introduite par les avocats du journaliste Mustapha Benjamaa.

Par ailleurs, son procès en appel lié à l’affaire dite Bouraoui se tiendra le 14 décembre 2023. Il est à noter qu’il a été condamné en première instance à 06 mois de prison ferme. Mustapha Benjamaa est incarcéré depuis la nuit de 19 au 20 février 2023 à la prison de Boussouf à Constantine.

Il a entamé le 03 octobre 2023 une grève de la faim pour protester contre l’arbitraire qu’il a subi et les violations constatées dans la procédure, depuis son arrestation le 08 février 2023 et sa garde à vue à la brigade de la gendarmerie d’El Hattab, à Annaba, qui a duré 11 jours.